test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 avril 2008

Démocratie kesako (1/3)

Le mouvement auquel j'appartiens s'appelle le Mouvement Démocrate. Mais qu'entend-on par démocratie ? Quelle frontière avec la démagogie ?  Vaste sujet, sur lequel je ne m'étais jamais vraiment penché depuis les bancs du collège ou du lycée...

La première définition vient sans doute de Périclès : "La démocratie c'est le gouvernement du peuple, par le peuple, et pour le peuple". Mais aujourd'hui une chose semble claire : ces principes généraux ont beaucoup d'interprétations, et il n'y a pas de définition précise, le terme démocratie étant utilisé pour caractériser des gouvernances très diverses. Voici en tout cas -modestement- quelques éléments qui me semblent indispensables pour répondre à la définition de Périclès.

1320973741.JPG

La démocratie c'est d'abord le gouvernement du peuple par le peuple. Les gouvernants doivent donc être des élus issus du peuple, et non d'une artistocratie ou d'une caste. Leur élection, ou toute autre décision démocratique (élection ou vote sur une décision précise), commence par un débat contradictoire public, suivi d'un vote.

Pour que ce débat puisse avoir lieu, la démocratie impose deux devoirs :

  • Exprimer son opinion publiquement pour se prêter à la contradiction, ou s'informer si l'on manque d'éléments, pour en avoir une.
  • Respecter l'expression de l'opinion des autres (ce qui ne signifie pas respecter ces opinions elles-mêmes)

Ces devoirs ont plusieurs corollaires :

  • Education : les votants doivent être éduqués et éclairés pour pouvoir comprendre les débats,
  • Les votants doivent avoir accès aux informations du débat,
  • Ne pas permettre la diffusion de l'information aux électeurs (censure ou auto-censure, par le pouvoir en place, ou les dirigeants/actionnaires d'un média) est anti-démocratique. Les pays qui censurent la presse ne peuvent pas se réclamer "démocrates",
  • Les techniques consistant à répandre des rumeurs, des informations officieuses non partagées en public , techniques parfois utilisées par des candidats ou des services secrets de certains pays pendant des campagnes électorales, ne sont pas d'esprit démocratiques,
  • Les techniques de lobbying "en chambre" ne sont pas démocratiques lorsqu'elles sont destinées à convaincre des électeurs sans que les arguments utilisés ne soient publics et accessibles aux éventuels opposants : on peut friser la manipulation, voire la corruption. C'est ainsi que récemment certains députés ont été accusés, à tort ou à raison, d'avoir été manipulés et/ou corrompus par Monsento dans le débat sur les OGM.

Les débats c'est sympa, mais ça ne dure qu'un temps, ils ne sont pas infinis : ils sont ensuite suivis d'un vote. Je ne m'attarderai pas ici sur les différents systèmes de vote, très bien décrits sur wikipedia ici. Mais notons simplement qu'il n'existe pas de système de vote parfait, comme un certain Arrow l'a démontré (on parle du "théorème d'impossibilité d'Arrow").

Une fois le résultat du vote prononcé, ceux qui ne sont pas d'accord avec le résultat du vote estiment alors parfois ne pas avoir eu suffisamment l'occasion de s'exprimer pour convaincre les électeurs, et reprochent alors un "manque de démocratie", un "débat trop court". En pratique c'est effectivement une difficulté de consacrer le temps juste nécessaire au débat.

La démocratie c'est aussi le gouvernement du peuple pour le peuple. Dans le cas d'une élection dans une démocratie représentative, il ne suffit pas qu'il y ait un bon débat, encore faut-il que les élus respectent leurs programmes et agissent au quotidien en représentant l'intérêt général, et non en fonction de certains intérêts particuliers. Il est donc primordial que les acteurs politiques soient détachés de "l'ordre technico-économique". Par exemple un ministre se doit de ne pas détenir d'actions d'entreprises privées. Et c'est aussi pourquoi selon certains, il est important que les élus politiques et même le personnel administratif (hauts fonctionnaires) soient suffisamment payés pour ne pas être trop facilement corruptibles.

En résumé, la démocratie c'est peut-être un mode de gouvernement par une organisation d'élus indépendants des intérêts technico-économiques particuliers, et où les décisions commencent par un débat public et contradictoire, et se terminent par un vote.

A suivre... (Prochain épisode : les reproches faits à la démocratie, les dérives)

lundi, 21 avril 2008

La brique alimentaire, emballage le plus écologique ?

Le Monde fait part aujourd'hui d'une étude publiée par Bio Intelligence Service, TetraPak, l'Ademe et le WWF. Selon cette étude, la brique alimentaire serait l'emballage le moins polluant :

  • Elle genère 4 fois moins de CO2 que le verre (pénalisé par son transport en camion pour le recyclage)
  • Elle consomme 2 fois moins de ressources naturelles que le plastique

Question : peut-on considérer cette étude comme objective sachant que TetraPak est un fabriquant de briques alimentaires ?

1120247795.png

22:23 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : eau, jus de fruit, brique alimentaire, co2, recyclage | |  Facebook

La (sur-)pêche modifie les gènes des poissons

Des chercheurs ont étudié pendant 10 ans plusieurs espèces de poissons comme la morue, le saumon, le hareng, et des poissons plats.

Il en ressort que :

  1. L'âge de la maturité sexuelle a baissé de 23-24% (6 espèces étudiées)
  2. La taille à maturité sexuelle a baissé de 20 à 33% (7 espèces étudiées)
  3. La diversité génétique a baissé de 21-22% (3 espèces étudiées)
  4. Suivant les espèces, les taux de fécondité ont soit augmenté, soit baissé

1891142926.pngMême si l'étude ne le démontre pas formellement, une des explications est une évolution génétique darwinienne liée à la pêche au filet, qui favorise les poissons les plus petits capables de passer les mailles des filets.

On serait donc là dans le même phénomène que l'impact de la chasse sur l'évolution de la taille des bois de cervidés (les chasseurs tuant plutôt les cerfs à gros bois, la tendance d'évolution était à la baisse), ou de l'impact des anti-biotiques sur les bactéries (qui mutent pour résister).


S'il est clair que pour certaines espèces, il faut relâcher un peu la pression de la pêche sous peine de les voir disparaître, faut-il pêcher les petits poissons autant que les gros pour ne pas réduire la diversité génétique ? La question est véritablement posée.

(Source : les Echos 17/4/2008)

Les gros filets de l'UMP sont aussi en train de faire évoluer l'espèce Modem, en ne prenant que des gros poissons de l'ex-UDF. Espérons que la diversité "génétique" sera préservée chez les petits poissons !

00:12 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pêche, poisson, génétique, darwin, évolution | |  Facebook

samedi, 19 avril 2008

Soylent Green

La croissance des pays émergents a un point positif et non des moindres : elle contribue à augmenter le niveau de vie moyen des pays émergents, à réduire l'écart avec les pays occidentaux.

Malheureusement, elle est à l'origine de pas mal de problèmes aussi. J'ai tenté d'en résumer les mécanismes dans le graphique de synthèse ci-contre. N'hésitez pas à commenter pour que tout cela se peaufine et s'enrichisse.

On voit, sur le schéma, des effets directs de la croissance, et des effets indirects.

Les 3 effets directs sont assez simples.

639955716.pngD'abord, la croissance économique des pays émergents génère de l'inflation en augmentant la demande mondiale en matières premières pour les industries (pétrole, acier, étain...), même si cette hausse est en partie compensée par de la productivité.

Ensuite, la croissance industrielle augmente la pollution (terre, eau, air notamment avec les GES*). L'environnement n'est pas la priorité des pays émergents en pleine croissance, même si celà commence à venir, par exemple en Inde, où les normes environnementales sont drastiques... mais uniquement pour les entreprises étrangères !

Enfin, la croissance démographique et l'augmentation du niveau de vie augmente la demande en produits agricoles, et donc les prix. Cette inflation "de marché" s'ajoute à l'inflation naturelle engendrée par l'augmentation des prix de l'énergie (les engrais et les transports comptent dans les prix agricoles...).

Il y a ensuite 2 effets indirects principaux.

Le premier, c'est celui lié au développement des bio-carburants, l'une des solutions mises en oeuvre pour faire face à la raréfaction du pétrole et la pollution. Il s'agit d'éthanol produit à parti de canne à sucre, maïs, betterave...  Et parfois, ces cultures empiétent sur des surfaces agricoles alimentaires. Celles-ci sont donc réduites d'autant, à moins que, comme au Brésil, on déforeste pour étendre les surfaces agricoles (**). Autre phénomène quand on remplace du blé alimentaire par du maïs pour faire de l'éthanol, cela augmente beaucoup le besoin en eau, une ressource aussi de plus en plus rare et chère... Bref, le développement des bio-carburants aboutit a des effets écologiques inattendus car le marché est allé trop loin : le bio-carburant n'est pas le remplaçant du pétrole, mais l'un des compléments/remplaçants du pétrole.

Le second effet indirect, accusé par certains d'être la principale cause de l'emballement des prix agricoles sur le marché mondial, c'est le comportement de certains pays exportateurs déjà évoqué dans plusieurs notes de ce blog (Egypte pour le riz par exemple) : craignant une pénurie, il se replient sur eux-même, en diminuant ou même supprimant leurs exportations de certains produits agricoles de base. Ces annonces "nationalistes" ont bien sûr un effet dévastateur sur les marchés : les prix s'envolent, ce qui incite à encore plus de restrictions d'exportations, etc. : c'est un cercle vicieux.

Au final nous avons d'une part en occident une inflation qui accroit les inégalités car elle touche aux produits de base, et d'autre part dans les pays les plus pauvres, des risques de famines dramatiques, voire d'émeutes, comme à Haïti. Par la voix de son directeur général Dominique Strauss-Kahn, le Fonds monétaire international (FMI) prédit d'ailleurs des "conséquences terribles" à la hausse des prix des denrées.

Que faire ? On parle d'aide humanitaire et d'aide d'urgence, mais ce ne sont que des palliatifs court-terme, certes sans doute indispensables. Pour traiter le fond des problèmes, une vision systémique complète est indispensable, mais difficile à construire car elle requiert la collaboration de nombreux experts et décideurs de domaines différents. Un "Grenelle mondial développement durable" (économie, social, et environnement) serait sans doute une bonne manière d'avancer, s'il est suivi des actes.

397942095.2.jpg
En 1973, Richard Fleischer réalisait Soylent Green (Soleil Vert en Français),
vision d'un monde où les problèmes de nutrition ont été réglés d'une façon...
...comment dire... "originale".

                                                                 

(*) GES : Gaz à Effet de Serre, responsable du réchauffement climatique
(**) Dans le même ordre d'idée, on pourrait se demander quels effets aurait une généralisation trop rapide du Bio, dont on sait que le rendement est inférieur et qui donc nécessite plus de surface pour une production identique.

Blagounette

361682687.jpgUn homme, dans la nacelle d’une montgolfière ne sait plus où il se trouve. Il descend et aperçoit une femme au sol. Il descend encore plus bas et l’interpelle :
- Excusez-moi ! Pouvez-vous m’aider ? J’avais promis à un ami de le rencontrer et j’ai déjà une heure de retard car je ne sais plus où je me trouve.
La femme au sol répond :
- Vous êtes dans la nacelle d’un ballon à air chaud à environ 10 m du sol. Vous vous trouvez exactement à 49°, 28’ et 11’’ Nord et 8°, 25’ et 58’’ Est .
- Vous devez être ingénieur, dit l'homme.
- C'est exact, répond la femme, comment avez-vous deviné ?
- Eh bien, dit-il, tout ce que vous m’avez dit m'a l'air techniquement parfaitement correct, mais je n’ai pas la moindre idée de ce que je peux faire de vos informations et en fait je ne sais toujours pas où je me trouve. Pour parler franchement, vous ne m’avez été d’aucune aide. Pire, vous avez encore plus retardé mon voyage !
La femme lui répond :
- Vous, vous devez être un «top manager».
- Oui, répond l’homme avec fierté, comment avez-vous deviné ?
- Eh bien, dit la femme, vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. Vous avez atteint votre position actuelle en chauffant et en brassant une énorme quantité d’air. Vous avez fait une promesse sans avoir la moindre idée de comment vous pourriez la tenir et vous comptez maintenant sur les gens situés en dessous de vous pour qu’ils résolvent votre problème. Votre situation avant et après notre rencontre n’a pas changé, mais, comme par hasard, c’est maintenant moi qui, à vos yeux, en suis responsable !

14:24 Publié dans Blagounette | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nacelle, ingénieur, top-manager | |  Facebook

jeudi, 17 avril 2008

Représentativité des syndicats : la CGT approuve la réforme

C'est suffisamment rare pour mériter d'être signalé : la CGT est le premier syndicat à approuver la réforme sur la représentativité des syndicats, que j'évoquais hier.

Bernard Thibault en a profité pour critiquer sans les nommer la possible fusion CFE-CGC + UNSA, qui pour lui relèverait de la politique d'appareils plus que de la volonté des salariés eux-mêmes.

23:20 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cgt, syndicats, représentativité | |  Facebook

Les mots du jour : inflation & stress

1971540413.JPGCette semaine, je suis en formation professionnelle dans une école de la catégorie qu'on appelait autrefois "de commerce" mais qui s'appelle aujourd'hui "de management". Aujourd'hui, l'un des cours portait sur la gestion du stress, le sien, mais aussi celui des autres. Un phénomène médiatisé par de récents suicides, qui ne sont en fait que la partie immergée d'un énorme iceberg. Un énorme iceberg qui contrairement à celui des pôles, ne fond pas, lui, mais au contraire, grossit. Et la France est très en retard sur le sujet, par rapport notamment aux pays scandinaves mais aussi à la Grande Bretagne. Car si par exemple des entreprises scandinaves, quand elles planifient un changement de leur organisation, évaluent ce que le stress généré chez les employés par ce changement va coûter, dans certaines entreprises françaises le sujet même du stress est encore tabou ...

20h, fin des cours. L'un des avantages dans ces écoles, c'est la mise à disposition gratuite et en libre service de journaux économiques, que sont par exemple Les Echos, et La Tribune. Ca donne de quoi lire dans le tramway, le soir. Une fois dans la rame du T2, donc, je commence à lire la Tribune. Les titres parlent tout seul :

  1. "le baril de pétrole dépasse les 115 dollars"
  2. "la demande propulse le prix du riz à des niveaux sans précédents" : je vous parlais déjà il y a quelques semaine de la spéculation sur le riz et du cas de l'Egypte : l'inflation atteint +60% depuis le début de l'année, les Philippines cherchent désespérement 1 million de tonne, et les gros exportateurs que sont Chine, Inde, Vietnam, Egypte (1/2 de l'export à eux 4) ont annoncé une baisse voire une suppression de leurs exportations... Le blé est aussi touché, bien sûr, avec +90% depuis 1 an. Il va falloir augmenter l'offre et donc cultiver de nouvelles terres, d'après le directeur du bureau de Bruxelle du Programme Alimentaire Mondial.
  3. "les denrées alimentaires s'envolent en Allemagne" : +8,6% depuis 1 an...
  4. "les prix à la consommation dérapent en zone euro" : 3,6% sur un an glissant en mars, dont 6,2% sur l'alimentaire et +11,2% sur l'énergie, mais tout de même 2,7% sans ses deux secteurs, l'objectif de la BCE étant 2%.
  5. "L'inflation pèse sur l'indice de référence des loyers"
  6. On ne s'étonne donc pas de voir plus loin : "le libre marché ne fait plus rêver". Un sondage international montre en effet que dans de nombreux pays, l'économie de marché est considérée comme le meilleur système, mais que ce soutien s'érode : -15 pts en Corée du Sud, -14 au Chili, -10 aux USA et en Allemagne, -7 en Grande-Bretagne... Seul un pays se distingue : la France, où le soutien à l'économie de marché a augmenté de 5 points ! Paradoxe qui n'est qu'apparent : la France ne fait que se "normaliser", car elle part de très bas : tandis que tous les pays que j'ai cité ci dessus oscillaient il y a un an entre 60 et 80% de soutien à l'économie de marché, la France était à 36%...

Finalement, j'ai une drôle d'impression après toutes ces lectures. Les faits sont listés, c'est factuel, mais il ne transparait aucun sentiment, aucune émotion. Comme si l'économie se résumait à des chiffres, des tableaux Excel et des cours de bourses. Comme si tous ces gents responsables dont on parle étaient mécaniques, froids, dénués de caractère. Comme si tous ces gens qui analysent, décident, n'étaient finalement pas des Hommes, et que tout celà en fait souffrir d'autres. Bref comme si tout celà n'était pas réel, et que tous ces chiffres alarmistes ne devaient pas nous stresser.

Et paf, alors que le train s'arrête à la station Parc de Saint-Cloud, qu'est ce que je lis page 28 : "le stress au plus haut chez les cadres depuis 2004"...

Le T2 arrive finalement à la gare des Moulineaux, et je sors de ce mauvais rêve pour rejoindre mes pénates...

22:43 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : inflation, stress, yoga | |  Facebook