test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 juillet 2014

Réforme territoriale : les propos tendancieux de Mediapart

Je ne suis pas abonné à Médiapart, mais récemment je me suis fait offrir un article par une relation.

Cet article, d'un certain Yannick Sanchez, titre : "La réforme territoriale dresse une France des Régions plus inégalitaires".

Et sous-titre : "Mediapart fait le point sur plusieurs indicateurs tels que le chômage, le PIB ou encore la structure de la démographie, qui montrent que l'impact de la réforme territoriale sera de concentrer davantage les richesses dans quelques Régions au détriment d'autres, isolées"

Je m'attend donc à trouver des explications dans le texte, des chiffres comparant "AVANT" et "APRES" la réforme : que nenni. L'auteur se contente d'affirmer des conclusions comme "plusieurs indicateurs montrent que l'un des impacts de la réforme territoriale sera le creusement des inégalités entre les Régions", mais malheureusement les chiffres, courbes et histogrammes que l'auteur nous assène ne comportent que des données sur la situation "après la réforme"... Louche : y-aurait-il, au pire tentative de manipulation, au mieux incompétence ?

Résolu à tirer cela au clair, je décide de creuser par moi-même sur 3 données :

  1. le PIB,
  2. la population,
  3. le PIB/habitant (ratio des 2 précédents),

en comparant la situation actuelle à celle "après réforme".

Mais d'abord, un peu de méthode :

1) Comment comparer les inégalités de PIB 

Pour mesurer les inégalités entre régions (par exempte sur leur PIB), il faut pouvoir comparer la dispersion au sein de 2 série de données (les PIB dans les régions AVANT et APRES la réforme). On peut utiliser ce qu'on appelle le "coefficient de variation", qui est le rapport entre l'écart-type et la moyenne. Plus d'explications ici sur wikipedia.

Par exemple :

  • Si j'ai 4 régions  de PIB 1, 2, 3, et 4 le coefficient de variation vaut 0,51.
  • si je regroupe les 2 premières (les plus faibles) et les 2 dernières (les plus élevées), j'obtiens 2 régions de PIB 3 et 7, le coefficient de variation passe à 0,56, il augmente.
  • Si par contre je regroupe 1 et 4 d'une part et 2 et 3 d'autre part, j'obtiens 2 régions de PIB identiques =5 , avec donc un coefficient de variation de 0.

L'avantage aussi est que ce coefficient est le même pour une série comme "1, 2, 3 4" ou "2, 4, 6, 8" : il est indépendant de la moyenne, il ne mesure qu'une dispersion relative... ce qui dans notre cas est particulièrement nécessaire car les nouvelles régions sont "plus grosses" que les actuelles.

2) Quel périmètre considérer ?

Il convient aussi de préciser le périmètre à prendre en compte pour calculer le coefficient de variation : faut-il inclure les DOMTOM et la Corse ? L'Ile de France ? La réforme ne touche ni à la Corse, ni aux DOM TOM, ni à l'Ile de France. J'ai donc pris le parti de faire le calcul de dispersion sur 3 périmètres : 

  • France (donc y compris DOM-TOM et Corse)
  • France métropolitaine (hors Corse et DOM-TOM)
  • France métropolitaine hors Ile de France, qui est une région particulière car très au dessus des autres en terme de PIB, et non modifiée par la réforme.

3) Quelles données sources

Ma source pour avoir les PIB des régions actuelles sera wikipedia, données 2012 (je n'ai pas mieux) : ici 

4) Quels résultats ?

Voici les résultats (cliquer pour agrandir): 

Synthèse regions.png

Et ici avec le détail des hypothèses de données utilisées en terme de regroupements de régions (cliquer pour agrandir).

 

Reforme regionale.png

Que voit-on ?

  • que le coefficient de variation du PIB des régions baisse (entre 20 et 38%  suivant périmètre) : les nouvelles régions sont donc plus homogènes "en PIB" que les actuelles : les inégalités entre régions baissent avec la réforme.
  • que sur le périmètre modifié (métropole hors IDF), les nouvelles régions sont plus homogènes en PIB par habitant puisque le coefficient de variation passe de 0,08 à 0,06.
  • qu'en terme de population, les nouvelles régions sont aussi plus homogènes.

On est donc loin des propos de Monsieur Sanchez de MEDIAPART.

5) Quelles conclusions ?

Je vous laisse conclure par vous-même sur le sérieux des propos de M. Sanchez de Mediapart et de son article prétendument "factuel", montrant force courbes et graphes. 

14:11 Publié dans Gouvernance, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : régions, réforme, pib | |  Facebook

vendredi, 16 octobre 2009

Le Grand Paris

Nombreuses sont les critiques du projet Grand Paris initié par Nicolas Sarkozy. Mais rendons-lui au moins cet hommage : il a mis le sujet sur la table : grâce à la démarche Grand Paris, un débat naît autour de ce que devrait être une future grande agglomération.

La vision de Nicolas Sarkozy et Christian Blanc est une vision élitiste : créer ou développer des pôles d'excellence, de façon à rendre Paris plus polycentrique. Et pour cela, s'appuyer sur un grand métro en huit circulant autour de Paris, et sur les pôles existants (la Défense, Marne La Vallée, Saclay...) en les renforçant.

Une vision élitiste n'est pas forcément mauvaise, si le reste suit :

  • Un des risques majeurs du projet est en effet que ces pôles d'excellence ne deviennent que des zones d'emploi sans âme, et ne deviennent pas des pôles d'habitat mixte : peut-on construire des villes autour de rien, sans coeur historique ? L'expérience des "villes nouvelles" n'a pas été très concluante...
  • De plus la spécialisation probable de ces pôles fera qu'au sein d'une famille, le mari et la femme ne travailleront pas forcément dans le même pôle : même si le futur métro les reliera entre eux, il ne pourra peut être pas absorber tout ce trafic et cela générera en tout état de cause des déplacement source de perte de temps. Une étude a d'ailleurs montré que l'efficacité optimale d'une ville se situe autour de 500 000 habitants : au delà, la question des transports fait perdre trop de temps. La question de la "spécialisation" des pôles est donc une vraie question, et je militerais plutôt pour une mixité, d'autant que les nouvelles technologies permettent aujourd'hui aux entreprises de communiquer à distance (e-conférence, audio-conférences, vidéo-conférences) plus facilement que les employés.
  • Mais au delà de cette spécialisation des pôles, leur localisation pose question : Le "Grand Paris" ne va-t-il pas nuire aux villes proches comme Chartres, Rouen, Orléans ? Pourquoi cette vision "Grand Paris" est elle autocentrée sur elle-même ? Quelle vision du Grand Paris par rapport à la Province ? Pourquoi ne pas décentraliser vraiment ? Ce "Grand Paris" ne risque-t-il pas de laisser de côté les villes de province, en monopolisant une grande part du budget de l'Etat déjà endetté, puis en attirant encore plus d'habitants ? Quelle est la vision du "Grand Paris" par rapport à ses voisins ? A cet égard, l'un des projet de l'exposition du Trocadéro parle d'un Grand Paris le long de la Seine en direction de Rouen : une piste qui n'est pas nouvelle, mais intéressante néanmoins.

En tout cas, sur le fond, le débat est passionnant et complexe, et il ne concerne pas que les Franciliens : les "provinciaux" aussi doivent s'y intéresser !

Politiquement et sur la méthode, il l'est tout autant : comme il sera vraisemblablement impossible de mettre d'accord toutes les collectivités, communautées d'agglomération, départements, et la région, pour gagner du temps il est proposé de créer une structure ad-hoc en charge du projet. Un fonctionnement démocratique ou "proportionnel" favoriserait en effet les zones déjà fortes et très peuplées, ce qui est le contraire de l'objectif visant à rééquilibrer l'Ile de France. C'est d'ailleurs déjà le problème de la Région, qui favorise beaucoup les zones denses pleine d'électeurs au détriment des zones rurales. Autant le dire, donc, je ne suis pas contre, je proposais même cela il y a plus d'un an déjà. Mais la question du fonctionnement de cette structure est complexe, et là aussi il va falloir être vigilant.

 

 

17:00 Publié dans Environnement, Gouvernance, Politique, Transports | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 06 décembre 2008

Conférence Jacquard-Peyrelevade

Une conférence en plein dans l'actualité est organisée à Boulogne-Billancourt par l'association la Cité des Savoirs du 21è siècle & Sylvain Canet : Albert Jacquard & Jean Peyrelevade débattrons sur le thème "l'économie peut-elle être humaniste ?"

Lieu : salle Landowski, 28, avenue André Morizet / Parking à proximité / M° Marcel Sembat

Date : mardi 16 décembre à 20h30

Entrée libre

conf-cite.jpg

09:27 Publié dans Démocratie boulonnaise, Economie, Gouvernance, Vie du Modem | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 novembre 2008

Bientôt la wiki-démocratie ?

Avec la radio et la télévision, des experts ont jadis prédit une révolution démocratique.

On ne peut pas dire qu'ils aient eu 100% raison :

  1. si la quantité d'information reçue par chacun a sans doute augmenté, on peut s'interroger sur la qualité de celle-ci, plus brute et avec moins de réflexion.
  2. les médias ont aussi tendance à servir de bras de levier à des volontés de manipulation plus ou moins subtiles.

Aujourd'hui, avec internet, certains prédisent à nouveau une révolution démocratique. Se trompent-t-il comme leur prédécesseurs ? Je n'en sais rien.

Les méthodes et outils tels que forum, blogs, ou autres se heurtaient souvent à la difficulté de faire la synthèse des contributions, souvent réservée à un petit groupe. Mais il est une technologie qui émerge, c'est celles des "wiki" : nous connaissons tous la fameuse encyclopédie "wikipedia". Cette technologie semble en tout cas une bonne piste pour un développement vraiment collaboratif : certains Etats comme la Nouvelle-Zélande ont d'ailleurs commencé à soumettre des textes de loi dans un wiki ouvert aux citoyens, pour amendements en ligne pendant un mois. Je n'ai pas lu les détails, mais j'imagine qu'un système de vote est intégré pour valider les amendements, qui sont ensuite soumis au Parlement.

Une piste à expérimenter en tout cas, comme le fait le Modem d'ailleurs.

19:16 Publié dans Gouvernance | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : wiki, démocratie | |  Facebook

dimanche, 20 juillet 2008

Affaire Charlie Hebdo / Siné : toujours plus

Il y a des choses bizarres dans la presse en ce moment, et c'est un euphémisme :

  1. Charlie Hebdo publie une caricature de Mahomet et gagne au tribunal
  2. Un dessinateur (Siné, 80 ans) du même Charlie Hebdo, publie un texte (*) sur Jean Sarkozy perçu comme anti-sémite par d'autres, et çà se termine par une démission forcée, un texte de la rédaction se désolidarisant de lui, et un emballement polémico-médiatique sur le sujet.

Le nom "Sarkozy" fait décidemment très peur, et parler des juifs ou des musulmans devient décidémment difficile, si même Charlie Hebdo s'auto-censure ou en vient à s'excuser.

On trouvera sur le site de Marianne un article suivi d'un sketch de l'excellent Desporges : serait-il encore possible aujourd'hui ?

(*) Le texte incriminé : "Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le parquet (encore lui !) a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n'est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !"

16:45 Publié dans Gouvernance | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : liberté de la presse, desproges, jean sarkozy | |  Facebook

lundi, 23 juin 2008

Pub !

Il est peu probable que çà serve à quelque chose, à part à faire vivre un peu mieux les salariés de l'entreprise en charge de la campagne. Probablement, c'est un peu prendre les gens pour des imbéciles. Et sûrement, c'est maladroit.

3062089951-on-le-fait-pas-mais-on-dit-qu-on-le.jpg

Le coût de cette campagne, soit environ 4 millions d'euros, représente 2€ euros prélevés au mois de juin sur le salaire de chacun des quelques 2 millions de smicards que compte la France. Le SMIC étant de l'ordre de 1000€ bruts, celà représente 0,2% de leur salaire environ.

 

 

23:27 Publié dans Gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 07 juin 2008

Priorités : tout choix est un abandon...au moins temporaire

tournerenrond.pngJe lisais encore hier un article citant Nicolas Sarkoy qui veut faire du développement des soins palliatifs "une priorité". Et je me disais que décidémment, cet homme est en campagne électorale permanente, car chaque jour apporte sa nouvelle "priorité".

Or gérer un pays, une ville, une entreprise, un projet, de manière efficace, implique de se concentrer efficacement sur des priorités en nombre limité. Et ne pas se disperser sur des non priorités. Surtout quand on manque de moyens. Par exemple, supprimer la publicité sur France Télévision, est-ce vraiment une priorité pour l'Etat Français ? Pour TF1 çà l'est peut-être, mais pour l'Etat Français je ne pense pas. Est-ce prioritaire de faire tout un tapage pour un mariage annulé ?

Je lance donc un appel : monsieur Sarkozy, et messieurs les politiques : qu'est ce qui est prioritaire et surtout qu'est ce qui n'est pas prioritaire pour vous dans le magma de sujets dont nous sommes abreuvés chaque jour, dont une partie par vous ? Et concentrons-nous sur les débats prioritaires : importants et urgents, pour reprendre les termes de la matrice d'Eisenhower (ci dessous). Sarkozy devrait peut-être s'inspirer de cette matrice pour déléguer un peu plus les "Ui" et "ui" contrairement à ce qu'il fait aujourd'hui en intervenant sur tout et partout. On sortirait alors peut-être de cette confusion ambiante ou chaque jour apporte un sujet différent, "prioritaire".

Pour moi, la priorité est unique : assurer un fonctionnement démocratique honnête, indépendant des lobbies et médias, ou l'ensemble des citoyens peuvent être représentés, et où donc les décisions sont prises dans l'intérêt général et non en fonction de tel ou tel lobby. Le reste en découlera.

matrice.png

13:37 Publié dans Gouvernance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : priorité, publicité, sarkozy, débats, mariage annulé, matrice eisenhower | |  Facebook