test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 juin 2008

Pourquoi le prix du pétrole augmente

1297775273.JPGDans une précédente note, j'évoquais déjà la "crise" du pétrole, un problème de débit plus que de réserves.

La Tribune, dans un article de 4 pages daté du mardi 27 mai, assez intéressant, tente d'expliquer l'augmentation des prix du pétrole, et de tordre le cou à des idées fausses. Tentative de synthèse en 2 fois 4 points.

Pour le journal, l'augmentation du pétrole :

  1. s'explique par la difficulté croissante d'extraction du brut pour des raisons techniques : le brut est plus difficile à extraire, et politiques (instabilité de pays comme l'Irak)
  2. s'explique aussi par la demande mondiale croissante qui tire la demande vers le haut : croissance de la Chine (9% de la demande mondiale!), de l'Inde, mais décroissance insuffisante des besoins des pays riches commes USA, Japon et Europe.
  3. est amplifiée par les bras de fer entre compagnies privées et Etats, qui assèchent l'investissement :
    • les compagnies privées n'ont accès directement qu'à 7% des réserves (dans les années 1960, c'était 85%) et hésitent à investir lorsqu'elles ne sont pas sûres du statut de leurs opérations.
    • les compagnies nationalisées sont sensées prendre la relève, mais leurs bénéfices sont utilisés à des fins sociales : c'est louable, mais nuit aux investissements, et résultat, au Vénézuela la production a baissé de 5,3% en 2007,
  4. arrange bien l'OPEP qui n'a pas la volonté d'intervenir sur les prix, mais n'en n'aurait de toutes façon plus les moyens par manque de réserves.

Par contre l'augmentation du pétrole :

  1. n'est pas imputable à la spéculation, qui n'est au pire que l'écume d'une vague de fond, car les capacités de stockages sont faibles et ne sont pas aux mains des spéculateurs
  2. ne s'explique pas par des problèmes de réserves, estimées à 40 ans de production possible au rythme actuel (c'est le seul point de l'article sur lequel j'émettrais une réserve : s'agit-il de réserves rentables ? les chiffres sont-il fiables ?)
  3. est limitée en Europe (+56% depuis début 2006) par rapport aux USA (+105% sur la même période), grâce à une évolution de la parité Euro-dollar favorable,
  4. est également limitée en France par le plafonnement de certaines taxes, qui ne sont pas proportionnelles au prix du pétrole : du coup comme la consommation a baissé, l'Etat touche moins (-359 M€ en 2007). Contrairement à ce qu'on pense parfios, l'optimal en terme de recette pour l'Etat n'est pas un prix HT maximal.

23:52 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : prix du pétrole, prix, pétrole, réserves, opep, venezuela, spéculation | |  Facebook

lundi, 02 juin 2008

Chiffres du jour

815 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Ce chiffre diminue en moyenne de 6 millions par an. Mais il faudrait que cette baisse passe à 28 millions pour réduire de moitié le nombre de personnes mal nourries d'ici à 2015, objectif fixé par l'ONU. (source)

1/3 de la production de maïs aux USA est utilisée pour faire du bio-éthanol. Il faut plus de 4000 litres d'eau pour produire 1 litre de bio-éthanol.

Le problème de pénurie de pétrole est réel, et le maîs ne doit pas être considéré comme le nouveau pétrole (ah ces américains). Mais avant d'accuser les bio-carburants de tous les maux, on pourrait aussi éviter les gaspillages : 30% à 50% (selon les sources) de la nourriture achetée aux USA finit dans les poubelles.

20:58 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mais, environnement, pétrole | |  Facebook

samedi, 24 mai 2008

Pour une vrai mutation de la filière pêche

Michel Barnier vient d'annoncer une mesure garantissant un prix du gazole à 40c€ le litre aux pêcheurs, de façon définitive (interview sur Le Monde.fr) Si on comprend bien une telle mesure comme "mesure d'urgence", on peut s'interroger sur la cohérence d'un gouvernement dont le premier ministre déclarait il y a peu de temps qu'il ne ferait rien pour réduire le prix de l'essence pour le transport routier (ce que j'approuve), mais fait le contraire vis à vis des pêcheurs. Et on peut s'inquiéter du caractère définitif d'une telle mesure, qui risque de retarder la mutation indispensable de la pêche française en lui permettant de survivre "en l'état".

Car ce dont a besoin la pêche française n'est pas uniquement d'un nième plan d'urgence, mais d'une vraie réforme structurelle ! Pour deux raisons :

La première raison est économique et sociale : le poisson français n'est pas compétitif, l'est de moins en moins, et si rien n'est fait la tendance ne va pas s'inverser :

D'abord, car la pêche française est très dépendante du pétrole. A la fois car elle utilise beacoup la pêche au chalut, et tirer un lourd chalut longuement nécessite 2 à 3 fois plus de fuel que les autres méthodes (casiers, sennes). Mais aussi car la flotte utilise peu voire pas du tout les énergies alternatives : vent, solaire...

Ensuite, car la pêche au large doit de plus en plus investir dans des moyens compliqués pour pallier à la raréfaction de la ressource en poisson : électronique, sonars.. tandis que d'autres pays ont de plus en plus recours à l'élevage.

Enfin, car les quotas et les contraintes sur les méthodes de pêche ne sont pas les mêmes pour tous. Par exemple, l'Europe se fixe un quota de pêche au cabillaud de 35 000 tonnes par an, quand les USA et la Norvège se fixent une limite à 640 000 tonnes par an.

La seconde raison pour réformer la pêche est écologique, c'est la disparition de plusieurs espèces, ou leur mutation génétique (les poissons sont de plus en plus petits) :

De façon évidente, car au niveau mondial, la demande en poisson augmente avec la croissance démographique.

Mais aussi car la pêche se focalise sur une vingtaine d'espèces alors que l'océan en compte des centaines. Il faut répartir la pêche sur plus d'espèces, en allant peut être plus au large.

Et enfin car on ne fait pas encore assez d'élevage. Il faut notamment augmenter les efforts de recherche dans le domaine de l'halieutique pour évaluer l'adaptabilité de nouvelles espèces à l'élevage. Celà fait longtemps que le gibier de chasse ne constitue plus l'essentiel de la viande de consommation courante, la mutation de la pêche dans le même sens semble inévitable.

1369228805.jpgEn conclusion, plutôt que de subventionner le pétrole, l'argent du contribuable devrait plutôt aider les pêcheurs à engager une vraie mutation :

  1. Evoluer vers plus d'élevage (la France est en retard)
  2. Investir dans des techniques et moyens moins gourmands en carburant (moins de chaluts, d'autres énergies)
  3. Se diversifier vers de nouvelles espèces.

Et pour que la concurrence soit juste et équitable, la question doit être discutée à un niveau au moins continental, entre TOUS les acteurs d'un même écosystème : par exemple les mesures européennes ne peuvent être prises sans la Norvège, même si cette dernière ne fait pas partie de l'Union.

(Sources principales :
"La crise du gazole révèle les failles de la pêche française", Le Monde, 20.05.08
"Si le métier de marins-pêcheurs n'évolue pas, il est voué à disparaître", Le Monde 21.05.08)

08:54 Publié dans Economie, Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pêche, pétrole, poisson, senne, casiers, filets, élevage | |  Facebook

lundi, 12 mai 2008

Pétrole : un problème de débit

On se souvient tous des problèmes de robinets sur lesquels nous avons planché à l'école primaire... La crise du pétrole n'est pas loin d'être un problème similaire.

En effet il y a encore quelques années, le discours se voulait rassurant : il y a encore du pétrole pour 100 ans, pas la peine de s'inquiéter, il suffit de payer un peu plus en R&D (recherche & développement) pour aller le chercher plus profond ou moins pur.

104659618.pngMais il y a deux limites désormais bien reconnues à ce raisonnement :

Première limite : l'économie du pétrole se base sur le "débit" = la production annuelle. Si la demande augmente mais pas le débit, il y a problème, et ce indépendamment des réserves : la taille du puit n'est pas la taille du seau pour sortir l'eau du puit. Comme le montre le graphe ci contre, la crise ne commencera donc pas le jour ou la dernière goutte sortira d'un puit (point n°3), mais bien avant. On identifie classiquemet aujourd'hui ce qu'on appelle le "pic de production" (point n°2) i.e. le jour où la production commencera à décroître. Le problème survient un peu avant (point n°1), lorsque la production commence à ne plus satisfaire la croissance du besoin. J'ai situé ce point en 2007 mais les experts ne sont pas tous d'accord sur les dates. A noter que les  réserves extractibles sont représentées par la surface en gris.

Seconde limite : augmenter le débit (augmenter la hauteur du pic de production) et augmenter les réserves de pétrole extractibles (reculer la date de la dernière goutte) n'est pas qu'une question d'investissement dans la prospection : à partir du moment où pour produire une tonne de pétrole il faut physiquement une quantité d'énergie supérieure à une tonne équivalent pétrole (TEP), il n'y a pas vraiment lieu de l'extraire car le bilan énergétique est négatif...

L'écart entre le besoin et la production de pétrole (courbes bleue et verte) doit donc être progressivement comblé par des autres énergies. Il s'agit bien des autres énergies : car contrairement à ce qu'on a voulu nous faire croire, le pétrole n'aura pas un remplaçant, mais une multitudes de remplaçants : économies d'énergies, nucléaire (un certain temps seulement car tout le comme le pétrole l'uranium est en stock limité), soleil, vent, gravité (barrages), géothermie, biomasse... des solutions variées plus ou moins adaptés suivant les régions et les types de besoins. A plus long terme peut-être que la fusion nucléaire offrirait une énergie quasi illimitée, mais rien n'est moins sûr (c'est l'ambition du projet ITER, qui laisse certains scientifiques sceptiques, mais qui a mon sens vaut sans doute le coup d'être tenté tant un résultat positif révolutionnerait le domaine de l'énergie, et à condition que celà n'empêche pas d'investir à plus court terme pour remplacer le pétrole)

Sur le sujet je ne saurais que recommander l'ouvrage "la vie après le pétrole" qui me semble être une bonne synthèse.

Et pour terminer, un petit zoom sur le problème actuel des bio-carburants : alors que (presque) tout le monde préconisait l'usage de bio-éthanol il y a peu, voilà que les écologistes manifestent contre les bio-carburants accusés de tous les maux notamment la hausse des prix du blé, du maïs... C'est un peu vrai et c'est lié à des excès comme au Brésil ou aux Etats-Unis. Mais utilisé comme celà est préconisé par exemple en Europe en exploitant au mieux les terres en friche (sans dépasser quelques % de la production je crois), celà ne génèrerait pas ce type de problème. De grâce, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain... Il faudrait d'ailleurs aussi appliquer les mêmes règles que pour l'alimentaire en ce qui concerne les pesticides et engrais de façon à garder les terres utilisables pour l'alimentaire si besoin (réversibilité), mais c'est encore un autre sujet...

16:24 Publié dans Economie, Environnement, Transports | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pétrole, pic de production, tep, crise | |  Facebook