test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 juin 2009

européennes : c'est le week-end prochain !

Votez MODEM !

Le Parti socialiste Allemand vient d'annoncer qu'il soutiendrait BARROSO pour la présidence de la commission. Un  président libéral, mais qui surtout ne prend aucune initiatives sans avoir obtenu, avant, l’accord des 27 Etats membres ! Ce qui a donné une Commission à la solde des marchandages entre dirigeants, pas très respectueuse des députés européens et des citoyens de l’Union. 

Le PS Français qui se targue de faire partie d'une liste "européennes" réunissant tous les PS d'Europe, soutient-elle également JM Barroso, tout comme l'UMP  ?

Le Modem, non ! Au moins UNE BONNE RAISON DE VOTER MODEM !  Mais il y en a d'autres comme le montre cette petite vidéo...


 

 

 

 

23:39 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, élections, modem, ump, ps | |  Facebook

dimanche, 14 décembre 2008

Fiscalité verte : l'accord européen est-il un succès ?

L'accord européen autour du "paquet climat énergie", conclu rapidement avant la présidence tchèque, permet à notre président de se féliciter d'un accord de plus.

Mais il risque de ne pas améliorer la vie des européens ni à résoudre les problèmes de pollution. Pourquoi ?

Passons sur les concessions faites en terme de délai, notamment pour la Pologne.

Ce qui est le plus gênant, c'est que l'on poursuit dans la voie du "marché du CO2", qui oblige à "payer pour polluer" et permet de "gagner en ne polluant pas". Si le principe est séduisant car il permet de concentrer mécaniquement les investissements pour moins polluer là où c'est le plus rentable, il a deux limites qui me semblent bloquantes :

  1. le prix du CO2 n'est pas fixe, ce qui rend difficile la décision d'un investissement pour moins polluer, qui relève plus de la spéculation sur le cours du CO2
  2. mais surtout, mis en oeuvre uniquement en Europe, il défavorise la production en Europe et risque d'accélerer les délocalisations des productions polluantes vers des pays aux législations plus souples.

Mais alors, quelle autre solution ? Une autre façon de procéder, peut-être plus compliquée, serait de taxer la consommation et non la production. C'est à dire taxer les produits à la consommation en fonction de deux facteurs :

  • la pollution générée par leur production et transport
  • l'écart social entre pays de production et pays de consommation

En déportant ainsi une parties des taxes du travail vers la consommation, ceci permet de taxer uniformément les produits d'importation et les produits fabriqués localement (courbe ci-contre).

pacman.pngC'est en fait l'idée de TVA sociale, mais pourvue de critères environnementaux pour en calculer le montant, produit par produit. La TVA sociale avait été soutenue à une époque par des gens de la gauche et de la droite mais avait été tuée par le PS pendant la campagne présidentielle, le mot "TVA" signifiant dans leur idéologie préformattée "inégalité" (alors que bon sang, qu'on taxe le travail via les charges ou qu'on taxe la consommation, au bout du compte ça se retrouve dans le prix de vente, même si je caricature un peu...)

17:28 Publié dans Economie, Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : co2, marché du co2, europe | |  Facebook

dimanche, 05 octobre 2008

Il faut virer Barroso !

barroso.jpgAu moins, c'est clair ! C'est en tout cas en ces termes que le journaliste Jean-François Kahn, proche du Modem (il est d'ailleurs candidat à l'investiture dans le Grand-Est pour les Européennes), parle de l'actuel président de la commission européenne, José Manuel Durão Barroso, dans un interview sur France-Info.

Pour lui, Barroso incarne la guerre en Irak, le Bushisme, le libéralisme.

Dans l'interview, il cite en outre une discussion qu'il a eu avec un chauffeur de taxi qui a voté Bayrou, mais qui envisage de voter Besancenot, jugeant Bayrou trop manichéen dans sa critique permanente de Sarkozy.

12:31 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barroso, europe | |  Facebook

samedi, 19 juillet 2008

Pour un protectionnisme européen temporaire ?

L'Europe est certainement une belle idée. J'y adhère, je pense que ses pouvoirs doivent être petit à petit étendus, et à a terme je suis même potentiellement pour une Europe fédérale. En effet seule une intégration plus forte pourrait permettre une meilleure efficacité opérationnelle de l'Europe sur certains sujets, seule condition pour avoir un poids significatif dans le Monde. Mais -car il y a un mais-, il faut que cette efficacité opérationnelle soit au service des Européens, pas de la Mondialisation.

D'ailleurs selon un sondage publié il y a quelques temps, les Français attendent de l'Europe qu'elle protège : 1. l'environnement et 2. les consommateurs. Mais ils ne sont pas optimistes : un tiers y croient, un tiers sont méfiants, un tiers s'en foutent.

Je partage leurs priorités : avant d'essayer d'élargir l'Europe à la Défense, de renforcer l'Europe politique, de parler de la Turquie, soyons réalistes : rendons l'Europe efficace sur ces deux sujets : la protection de l'environnement et des européens. Car à vouloir tout faire en même temps, l'Europe risque de continuer à se disperser et continuer à discuter de la normalisation de la taille des bananes au lieu de s'attacher à ces mesures essentielles.

Concernant la défense des consommateurs,je suis assez sensible au discours un peu provocateur de l'historien Emmanuel Todd à la convention sur l'Europe du Modem : arrêtons la grande naïveté du libre échange à tout prix, alors que nous en sommes plus victimes que profiteurs : à vouloir permettre à tous d'acheter pas cher, ce qui incite à importer des produits "low cost", nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis et créons notre propre chômage qui réduit notre pouvoir d'achat, ce qui incite à encore plus importer du pas cher, etc : c'est une spirale infernale négative de baisse des coûts, qui est loin de créer de la croissance : or l'avenir de l'Europe n'est pas, espérons-le, chez Lidl, Ed ou Leader Price.

indianelectical.jpgSoyons pragmatiques, sortons des débats idéologiques : comment être compétitif, face à des Indiens qui coûtent 40€ par jour à leur employeur ? Un peu de protectionnisme ne serait pas illogique, le temps -10 ans, 20 ans ?- que les autres pays arrivent à un niveau de protection sociale, de droit et de sécurité du travail comparable au nôtre. Sans que cela soit une cible, ou un idéal : mais une phase transitoire le temps que le Monde s'équilibre un peu. Et ne caricaturons pas non plus cette idée en brandissant le mot protectionnisme, qui fait tellement peur : il ne s'agit pas d'arrêter les échanges, mais de les taxer judicieusementpour compenser les déséquilibres. En cela, un concept comme la TVA sociale, me semblait une bonne piste, malheureusement sacrifiée lors de la campagne présidentielle par la gauche, engluée dans son idée que les taxes sur la consommation sont "injustes". Elle a aussi malheureusement été enterrée semble-t-il par Sarkozy, le "traître" du PS Besson chargé d'étudier la question étant un peu passé aux oubliettes.

(ci-contre : un agent de l'EDF indien ?)

14:21 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, consommateurs, tva sociale, protectionnisme | |  Facebook

vendredi, 04 juillet 2008

L'Europe a besoin de collaboratif

europe.pngJ'ai le débat parfois avec mes collaborateurs au travail, qui ont parfois du mal à accepter une logique collaborative.

C'est quoi faire du collaboratif ? C'est le contraire du transactionnel. En transactionnel, vous faites quelque chose, et vous le "vendez". Un truc bien ficelé, fignolé, les autres achètent ou pas, votent pour ou contre. C'est ce qui doit être fait lorsqu'on veut engager une grosse dépense, lors de la décision finale. Mais avant, il faut faire du collaboratif.

Le collaboratif, c'est accepter de partager un embryon d'idée, quelque chose de pas fini, de pas complètement ficelé, et dire aux autres "corrigeons-le, finissons-le ensemble, apportez-moi vos idées, apportez votre pierre à l'édifice".

Celà implique trois "rupture culturelles" par rapport à la pratique transactionnelle.

  1. Il faut accepter de montrer ses erreurs, ses insuffisances, s'exposer plus aux critiques, à ceux qui veulent recevoir du "tout prêt". Ce n'est pas toujours facile à accepter et parfois difficile à vivre, même.
  2. Ensuite il ne faut donc pas s'accrocher à ses premières idées "a priori" coûte que coûte, mais accepter de changer d'avis : on part dans l'idée de faire une voiture, et à l'arrivée on fabrique un bateau... car c'est celà qu'il fallait.
  3. Enfin, c'est aussi accepter de ne plus pouvoir dire "c'est mon projet à moi je l'ai fait tout seul". C'est être humble : sans diriger une équipe qui produit et vend quelque chose, c'est simplement créer une dynamique ou chacun a pu trouver une place et contribuer à enrichir le projet, anonymement ou pas.

Cette démarche est pour moi une étape indispensable pour mieux coller aux attentes, et préparer les esprits aux changements, faire adhérer. Mais bien sûr, elle doit être suivie d'une phase où des experts vont fignoler et rendre le dossier plus rigoureux, puis le mettre en oeuvre.

L'Europe, si lointaine pour bon nombre d'Européens et de Français, a besoin de création plus collaborative, pour ne pas donner l'impression que "la commission" décide de tout dans son coin, et se rapprocher des citoyens. C'est comme celà que l'Europe pourra reconquérir le coeur des Français, des Irlandais, etc : s'ils sont associés à des projets Européens, proches d'eux.

Le Modem doit y contribuer.

00:06 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, collaboratif, transactionnel | |  Facebook

dimanche, 13 avril 2008

Europe : cartographie des résultats du référendum

C'est un peu du réchauffé, mais j'ai glané sur le net une cartographie assez pertinente du vote non au dernier référendum. J'espère que son auteur ne m'en voudra pas de la reproduire ici.

On avait pu constater que le oui comme le non avaient dépassé le clivage gauche droite : en plus de l'axe droite-gauche, cette cartographie introduit donc un axe vertical étatisme/dirigisme VS Libéralisme & libertés individuelles, nouvelle dimension qui permet de visualiser la ligne de partage des eaux entre nonistes et ouistes (trait rouge). Cliquer dessus pour l'agrandir si nécessaire.

1232949125.jpg

On y voit notamment également les 3 types de non : anti-libéral, souverainiste, et anti-étatiste !

23:52 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : référendum, europe, noniste, souverainistes, anti-libéraux | |  Facebook

jeudi, 27 mars 2008

Le fantôme de Krazucki en Roumanie ?

La Dacia Logan fabriquée en Roumanie se vend bien : Renault en a fabriqué 230 000 en Roumanie en 2007, et prévoit d'en faire 350 000 en 2008.

Pourtant, à l'appel d'un syndicat, une grosse partie de l'usine qui fabrique la Logan en Roumanie est en grève depuis lundi, la production est interrompue. Les salariés réclament des augmentations pour toucher une part des bénéfices générés par leur usine. La direction rétorque que les bénéfices générés jusqu'à présent ne couvrent pas les pertes que Renault a dû absorber de 2000 à 2004, et indique que la grève est illégale car les procédures d'alertes n'ont pas été respectées.

Il est probable en fait que les salariés sentent qu'il est temps de profiter d'une période faste où la LOGAN se vend bien, et n'a pas de réelle concurrence : cette période risque en effet d'être éphémère, puisque Ford vient de racheter l'ancienne usine Daewoo de Craiova pour y fabriquer à partir de 2010 un véhicule qui pourrait être un concurrent de la LOGAN.

Finalement, la Roumanie s'européanise bien vite :

  • Les salariés font grève "à l'européenne", ils ont pris conscience de leur caractère indispensable pour l'employeur.
  • Si les salaires sont encore bien moindre en Roumanie qu'en France l'écart diminue, à un rythme de +10 à +15% par an
  • On voit bien pourquoi les industriels pour qui cette tendance est inéluctable depuis l'entrée de la Roumanie dans l'Europe, ont désormais les yeux tournés vers l'Inde, la Chine, le Vietnam, ou le Maghreb, 

L'Europe tire vers le haut, c'est bien.

Mais il est temps d'acheter une Logan avant que son prix n'augmente...

02:40 Publié dans Economie, Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, grève, logan, roumanie renault, ford | |  Facebook