test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 juillet 2008

Pour un protectionnisme européen temporaire ?

L'Europe est certainement une belle idée. J'y adhère, je pense que ses pouvoirs doivent être petit à petit étendus, et à a terme je suis même potentiellement pour une Europe fédérale. En effet seule une intégration plus forte pourrait permettre une meilleure efficacité opérationnelle de l'Europe sur certains sujets, seule condition pour avoir un poids significatif dans le Monde. Mais -car il y a un mais-, il faut que cette efficacité opérationnelle soit au service des Européens, pas de la Mondialisation.

D'ailleurs selon un sondage publié il y a quelques temps, les Français attendent de l'Europe qu'elle protège : 1. l'environnement et 2. les consommateurs. Mais ils ne sont pas optimistes : un tiers y croient, un tiers sont méfiants, un tiers s'en foutent.

Je partage leurs priorités : avant d'essayer d'élargir l'Europe à la Défense, de renforcer l'Europe politique, de parler de la Turquie, soyons réalistes : rendons l'Europe efficace sur ces deux sujets : la protection de l'environnement et des européens. Car à vouloir tout faire en même temps, l'Europe risque de continuer à se disperser et continuer à discuter de la normalisation de la taille des bananes au lieu de s'attacher à ces mesures essentielles.

Concernant la défense des consommateurs,je suis assez sensible au discours un peu provocateur de l'historien Emmanuel Todd à la convention sur l'Europe du Modem : arrêtons la grande naïveté du libre échange à tout prix, alors que nous en sommes plus victimes que profiteurs : à vouloir permettre à tous d'acheter pas cher, ce qui incite à importer des produits "low cost", nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis et créons notre propre chômage qui réduit notre pouvoir d'achat, ce qui incite à encore plus importer du pas cher, etc : c'est une spirale infernale négative de baisse des coûts, qui est loin de créer de la croissance : or l'avenir de l'Europe n'est pas, espérons-le, chez Lidl, Ed ou Leader Price.

indianelectical.jpgSoyons pragmatiques, sortons des débats idéologiques : comment être compétitif, face à des Indiens qui coûtent 40€ par jour à leur employeur ? Un peu de protectionnisme ne serait pas illogique, le temps -10 ans, 20 ans ?- que les autres pays arrivent à un niveau de protection sociale, de droit et de sécurité du travail comparable au nôtre. Sans que cela soit une cible, ou un idéal : mais une phase transitoire le temps que le Monde s'équilibre un peu. Et ne caricaturons pas non plus cette idée en brandissant le mot protectionnisme, qui fait tellement peur : il ne s'agit pas d'arrêter les échanges, mais de les taxer judicieusementpour compenser les déséquilibres. En cela, un concept comme la TVA sociale, me semblait une bonne piste, malheureusement sacrifiée lors de la campagne présidentielle par la gauche, engluée dans son idée que les taxes sur la consommation sont "injustes". Elle a aussi malheureusement été enterrée semble-t-il par Sarkozy, le "traître" du PS Besson chargé d'étudier la question étant un peu passé aux oubliettes.

(ci-contre : un agent de l'EDF indien ?)

14:21 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, consommateurs, tva sociale, protectionnisme | |  Facebook