test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 mars 2010

Tu seras jamais président, mon pote !

"Tu seras jamais président, mon pote !", avait dit Daniel Cohn-Bendit à François Bayrou lors du fameux débat de la campagne des européennes. Je pense qu'il pourrait bien avoir raison. Car contrairement aux médias qui donnent le Modem pour mort mais envisagent encore un avenir à François Bayrou, je ne suis pas loin de penser exactement le contraire.

Tout ce qui s'est passé depuis 2 ans au Modem a montré aux militants déçus que François Bayrou est incapable de présider un parti et donc, dans la tête de beaucoup, a fortiori de présider un pays. Sans enlever à ses nombreuses qualités, deux défauts éliminatoires explique cela :

  1. Le premier c'est un manque d'organisation. Non pas qu'on lui demande de savoir directement organiser un parti, mais au moins de trouver à qui confier cette organisation de manière efficace. Or force est de constater que ceux qui ont eu cette charge depuis 2 ans, ont complètement échoué, pour en arriver à la zizanie actuelle. Dans la tête de beaucoup, comment quelqu'un qui a pu laisser un parti aussi désorganisé que le Modem peut-il prétendre à présider un jour le pays ? 
    Ce formidable sens de l'organisation se retrouve jusque dans les déclarations d'un de ses lieutenants suite au départ de Corinne Lepage: JM Vanlerenberghe (par ailleurs responsable de l'organisation au sein du parti) aurait pu regretter de perdre une compétence appréciée des militants et qui avait d'ailleurs eu droit à une standing ovation au dernier congrès Arras, se demander pourquoi on avait pu en arriver là, et faire peut être un peu d'auto-critique, mais non ! Sa seule réaction a été de lui demander de rendre son mandat européen, comme si les transfuges arrivés au Modem en 2007 tels JL Bennhamias, avaient, eux aussi, rendu leur mandat !
  2. fb.jpgLe second, c'est la difficulté à se remettre en question, cette tendance à croire détenir la vérité absolue, que l'on retrouve dans cette principale déclaration suite à la claque des régionales : "une vérité ne cesse pas d'être vraie parce qu'elle est minoritaire". Si sur le fond c'est parfois vrai, François Bayrou aurait peut être du d'abord insister sur la nécessaire remise en question de sa stratégie politique, sa tactique et son organisation qui depuis 2 ans, n'a fait que cliver le parti au lieu de le rassembler faute de débats internes suffisants, et conduit à des échecs successifs (municipales, européennes, régionales). Pour espérer se faire élire un jour, il est plus important de progresser avec les petits cons d'adhérents que nous sommes, relais indispensables, que de progresser vite mais tout seul ou avec quelque élite. La mutation des dirigeants de l'ex-UDF en dirigeants d'un vrai parti populaire reste finalement encore à faire.
    En outre je me souviens des propos de François Bayrou lors d'un débat sur le "livre orange", qui se tenait au Siège du Mouvement. En réponse à une proposition très légèrement audacieuse d'un militant, il avait répondu : "je crois que souvent on néglige les effets du changement, qui perturbe les gens et crée plus de désordre qu'ils ne résoud les problèmes (*)". François Bayrou, dont le parti s'appelle "Démocrate", est finalement un peu "conservateur" dans l'âme...

Toutes les conséquences de ces défauts, les 50 000 militants les ont subies depuis 2 ans. Beaucoup sont partis. Et ils ne vont pas l'oublier jusqu'en 2012. Et s'ils en arrivent à dissuader 10 personnes de leur entourage, ça fait 500 000 voix en moins...  S'il veut conserver une chance, François Bayrou ne devrait pas sous-estimer leur pouvoir de nuisance, et prendre les mesures qui s'imposent.

Relancer et organiser/structurer le travail sur le livre orange pourrait en être une. Peu importe que la presse n'ait pas encensé ce travail au congrès d'Arras, ni insisté sur le fait que le Modem est le seul parti à avoir un programme aussi "démocratique". Il est effectivement très perfectible, mais c'est le seul document collectif du Modem (voté au congrès d'Arras), il faut persévérer et continuer à l'améliorer.

(*) sur le fond le message était celui-ci, mais la formulation était peut-être différente

 

 

08:30 Publié dans Politique, Vie du Modem | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bayrou, modem, vanlerenberghe, bennhamias, cohn-bendit | |  Facebook

Commentaires

Personnellement j'en étais arrivé à un diagnostic analogue au moment de l'élection de Sarkozy : le départ de tous les "fidèles" lieutenants de Bayrou dans les bras de Sarko m'avait absolument sidéré : tout se passait comme si Bayrou n'avait mis au point aucune stratégie avec ses lieutenants pour l'après-élection ! Ou comme si il n'avait absolument pas réussi à convaincre ses lieutenants de partager avec lui le "splendide isolement" auquel il souhaitait se soumettre ! Dès lors, la suite, malgré le courage du bonhomme, était, à mon avis, écrite. Diriger en politique c'est convaincre et emmener derrière soi: Bayrou n'est pas un dirigeant: il se trompe de vocation.

Écrit par : jean-marc | vendredi, 26 mars 2010

Les commentaires sont fermés.