test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 mai 2008

Helium 3 lunaire contre le réchauffement climatique ?

1825408545.jpgUne émission sur Arte hier soir m'a fait découvrir une nouvelle source d'énergie possible, enjeu des futures missions spatiales des 15 -20 prochaines années : l'Helium 3 lunaire.

L'helium 3 est présent dans l'espace, car il est émis par le soleil. Mais le champ magnétique terrestre repousse cet hélium 3, qui est donc très rare sur terre : il coûte 4 milliards de dollars la tonne.

Sur la lune par contre, il se retrouve en surface ou très légèrement enfoui sous la surface, en quantité importante  : 1 million de tonnes.

Et grâce à une réaction de fusion nucléaire, 1 million de tonne peut fournir de l'énergie à l'activité humaine pour des centaines d'années, sans déchets radioactifs, sans pollution.

Mais il y a deux problèmes de taille.

D'abord, il faut aller le chercher sur la lune, cet Hélium... Les USA, la Russie, le Japon, et maintenant la Chine semblent s'être lancé dans la bataille, en lançant des programmes d'exploration lunaire dont l'un des objectifs est l'Helium 3.

  • Pas de problème d'eau : les scientifiques ont démontré qu'on peut la produire sur place en chauffant la poussière lunaire. On peut donc même imaginer cultiver.
  • Les expériences menées semblent aussi prouver qu'on peut faire vivre des équipages sur place, même si les conditions sont dures.
  • Le coût est cependant non négligeable : 1 million de dollars la minute sur place ! Pas sûr que celà permette de faire baisser beaucoup le coût de l'Helium 3...

Les Russes annoncent qu'en 2015 ils seront sur place et qu'en 2020 il pourront mettre en place des navettes pour ramener l'Helium 3. Rien du côté des Européens, qui risquent de laisser passer là une occasion, car les premiers arrivés seront sans doute les premiers servis...

Mais ramener de l'Hélium n'est pas tout : il reste à mettre au point les centrales "à fusion" permettant d'utiliser cet Helium 3, et ça ne semble pas si facile. C'est l'enjeu du projet ITER, assez contesté, et qui devrait voir le jour à Cadarache dans le sud de la France. ITER devrait fonctionner avec du deutérium et du tritium, mais le principe est le même qu'avec l'helium 3. La difficulté de ces projets c'est que pour que la fusion ait lieu, il faut chauffer à des températures extrêmes qu'on n'a jamais réussi à générer, ou alors pas avec un bilan énergétique positif (l'énergie générée est inférieure à celle utilisée pour chauffer).

Tout celà pourrait donc voir le jour, mais pas avant 30 ou 50 ans. Et en attendant, on va devoir se passer de pétrole quand même : nucléaire classique, vent, solaire, barrages, géothermie... Mais aussi réduction de nos consommations.

Je me souviens qu'au changement de siècle il y a 8 ans, on nous annonçait un siècle spirituel : j'ai plutôt l'impression qu'il va être environnemental.

11:33 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : helium 3, lune, iter, énergie, fusion, mission spatiale, tintin | |  Facebook