test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 avril 2009

Les loyers modestes vont-ils financer le sauvetage des entreprises ?

Le Modem demande la nomination d’experts indépendants pour surveiller l’opération ICADE

« Faire financer le sauvetage d’entreprises avec les loyers des  ménages modestes !» : c’est ainsi que pourrait se résumer in fine une opération complexe que la Caisse de Dépôts et Consignations (CDC) est en train de mener au travers de sa filiale Icade cotée en bourse. 

La CDC a décidé de vendre, dans le courant de 2009, 35 000 logements sociaux et intermédiaires appartenant à ICADE, évalués  à 2,9 milliards d’euros. Cette opération permettrait à la CDC d’accroître ses capacités financières alors que ses besoins pour le Fond Stratégique d’Investissement (FSI), créé dans une totale improvisation par Nicolas Sarkozy en octobre 2008 pour prendre des participations dans des entreprises stratégiques, ne sont pas encore couverts.
Il faut savoir également que, de par ses statuts, Icade est tenue de reverser à ses actionnaires dont 40% sont privés, 50% des plus-values éventuelles.

Les offices HLM ont été « invités » à se porter acquéreur au sein d’un consortium mené par SNI une autre filiale de la CDC. Les offices HLM devront s’endetter lourdement pour financer cette opération, les loyers servant au remboursement. On aura donc ainsi imaginé une opération de près de 3 milliards d’euros sans qu’aucun nouveau logement ne soit construit. A l’heure actuelle cette opération est menée avec le conseil de la BNP qui regarde les aspects financiers.

Le Modem souhaite que pour une opération immobilière aussi considérable, les aspects financiers ne soient pas les seuls considérés et que l’Homme soit mis au centre des préoccupations.

Pour Corinne Lepage, vice-présidente du Modem, responsable des Commissions Thématiques Nationales, un comité d’experts indépendants devrait donner son avis sur le montant de la transaction et ses modalités afin de s’assurer que :

  • Les 120 000 personnes habitant ses logements verront leurs intérêts sauvegardés ainsi que les 300 000 personnes figurant sur les listes d’attente des bailleurs sociaux en Île-de-France
  • Les intérêts de la collectivité nationale qui a financé ces logements seront bien respectés
  • Le point de vue des collectivités locales sera pris en compte, cette opération ayant des conséquences lourdes sur le parc de logements sociaux qu’elles gèrent et sur leurs recettes fiscales
  • Le prix de vente de l’opération reflète ces exigences et ne vienne pas alimenter la surévaluation du marché immobilier
  • Cette opération soit faite dans une totale transparence alors que le titre d’Icade a augmenté en 6 mois de 30%, dans une ambiance boursière déprimée, suite à l’annonce de cette transaction

Ce comité devrait donner son avis avant que l’opération ne soit finalisée afin que le Parlement qui assure le contrôle direct de la CDC puisse-t-être éclairé. 

 

22:44 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : logement, icade, modem | |  Facebook

vendredi, 17 avril 2009

bonus-malus : les constructeurs arnaquent-ils l'Etat ?

Un numéro récent du magazine Auto-plus est particulièrement étonnant.

On y découvre des tests réalisés par le journal, qui semblent démontrer que la consommation réelle des voitures  est en moyenne de 30 à 80% supérieure à celle annoncée par les constructeurs !

Explications :  les tests officiels sont réalisés sur des bancs à rouleau, ceux du magazine sur route et avec une conduite plus proche d'une conduite normale.

Si on pouvait s'attendre à un écart, ce qui est plus surprenant c'est :

  • la diversité des écarts, et les résultats inégaux des constructeurs voire entre modèles d'un même constructeur
  • l'ampleur de l'écart : des écarts de 80% (par exemple sur la SMART) sont assez hallucinants et me semblent difficiles à expliquer. A moins que les constructeurs ne s'amusent à optimiser électroniquement  l'injection dans les moteurs spécialement pour les cycles de tests officiels, de façon à obtenir le bonus écologique ? On savait que les constructeurs jouaient déjà à enlever des options pour rendre le modèle de base (celui qui sert à l'homologation) plus léger et donc moins consommateur, mais là, ce serait le pompon!

La méthode d'homologation et de calcul de la consommation officielle (et donc rejets de CO2) est peut être en tout cas à revoir pour être plus proche de la réalité des conducteurs et pour que le bonus écologique serve réellement à réduire les rejets de CO2 du parc automobile.

21:01 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bonus-malus, co2, consommation | |  Facebook