test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 novembre 2008

Vers un apaisement des relations Nord-Sud ?

Dans un entretien au quotidien le Soir titré "La riposte sociale va arriver en Europe", le polémiste Jean Ziegler auteur par ailleurs d'un livre "la haine de l'occident", parle d'un phénomène qu'il a souvent constaté lorsqu'il travaillait aux Nations Unies : l'hostilité des pays du sud à l'égard de ceux du  Nord. Cette hostilité prend deux formes :

  • une forme terroriste, haine pathologique
  • une forme plus raisonnée, qui cherche le dialogue à niveau équivalent.

Cette haine est due selon lui aux années de colonialisme, et au fait que si certes le casque colonial n'existe plus, le chef qui était en dessous est toujours là. Les Occidentaux ne sont en effet pas innocents dans la corruption qui règne dans certains pays, et profitent toujours "indument" de leurs ressources. Il cite plusieurs exemples :

  1. Le Nigéria : 147 millions d'habitants, le plus grand pays d'Afrique au niveau démographique, le huitième producteur de pétrole du monde, une incroyable richesse... Depuis 1966, suite aux coups d'État successifs, Shell et les seigneurs pétroliers maintiennent, à Lagos et aujourd'hui à Abuja, une junte à leur service, moyennant une corruption extrême.
  2. La Chine :  l'oligarchie chinoise, constituée par les enfants de la nomenklatura, tient cet immense pays, en accord total avec l'oligarchie occidentale. Nous sommes dans un système où il y a, en même temps, concurrence et symbiose avec l'occident

175px-Sorciers_guerisseurs.jpgMais il cite un cas porteur d'espoir, la Bolivie : pour la première fois depuis cinq cents ans, Evo Morales, un Indien - un Indien : pas un intellectuel déguisé en Indien ! - élu démocratiquement, avec 53 % des voix, après tous les massacres, toute l'aliénation, après les silences séculaires, a réussi, en six mois, à changer les contrats de toutes les sociétés pétrolières, gazières et minières. Avant, 95 % des revenus allaient aux sociétés multinationales et 5 % à l'État bolivien. Aujourd'hui, 18 % vont aux sociétés étrangères et 82 % à l'État bolivien. Il a réussi à négocier cela avec une mobilisation populaire incroyable. Et tout à coup, alors que la Bolivie était le deuxième pays le plus pauvre d'Amérique latine, derrière Haïti, avec 46 % de la population sous-alimentée, l'État se retrouve avec des dizaines de milliards de dollars en caisses, qui vont immédiatement dans des programmes sanitaires, de lutte contre la malnutrition, etc.

Toujours selon lui, la crise financière, qui crée de la souffrance réelle, est une chance énorme pour une prise de conscience : tout à coup, en Occident, les gens ont découvert le mensonge du néolibéralisme. À partir de là, il y aura forcément une riposte sociale et une reconstitution de la mémoire et de la conscience. Et là, [il est] plein d'espoir. Cette fois-ci, [il] pense qu'il y a de très, très fortes chances pour que nous soyons au point de départ de la reconstruction d'un monde solidaire, juste, qui va réconcilier le Sud avec l'Occident.

Espérons qu'il n'ait pas tort sur ce point.

(photo : sorciers guérisseurs de Lassa, Nigéria)

15:23 Publié dans Affaires étrangères | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nigéria, morales, bolivie, shell, nord-sud, ziegler | |  Facebook