test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 avril 2008

Pour des votes par internet au Modem ?

Avant de choisir l'ensemble de ses représentants, le Modem est en train d'essayer de se structurer. A juste titre, la fédération internet du Modem organise en ce moment des débats pour elle aussi se structurer et définir ses objectifs.

Une excellente proposition qu'on peut trouver sur son site, est de créer un extranet (j'avais parlé dans l'une de mes notes d'un intranet, mais le terme extranet est bien plus approprié) : une sorte d'espace privatif réservé aux adhérents, mais accessible depuis chez soi.

Le Modem se doit d'être exemplaire en matière de démocratie interne : le débat fait donc aussi rage entre les partisans et opposants au vote par internet.

La Suisse et l'Estonie utilisent déjà cette technique pour des votes officiels. Il y a au sujet de ces deux pays des contestations ou des critiques, mais celà montre que c'est faisable dans une démocratie et donc à fortiori au sein d'un parti.

L'UMP l'a aussi utilisé pour son congrès fondateurs (non sans problèmes certes).

On peut peut-être distinguer deux scénarios :

  1. Le vote par internet dans un bureau de vote, avec un président, des assesseurs, une authentification des votants faite hors du système,
  2. Le vote par internet depuis chez soi, qui requiert une authentification des votants réalisée par le système.

Le petit tableau comparatif ci-dessous résume leurs avantages et inconvénients (cliquer pour agrandir si vous n'arrivez pas à lire) :

1597475499.jpg


Dans un premier temps, peut-être serait-il intelligent de mettre au point un vote par internet mais dans un bureau de vote, pour réduire les coûts des opérations de vote (encore que c'est à vérifier : la mise en place d'un tel système est peut-être plus cher que d'imprimer quelques bulletins de vote), permettre de plus larges participations notamment aux congrès et conférences nationales en permettant le vote à distance, mais aussi permettre des votes plus fréquents sur des questions de débats interne (nationales ou fédérales).

Dans un second temps on pourra envisager le scénario 2, plus complexe.

Bref, soyons économes, écologiques, et pragmatiques !

WM.