test

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 avril 2008

Démocratie kesako (1/3)

Le mouvement auquel j'appartiens s'appelle le Mouvement Démocrate. Mais qu'entend-on par démocratie ? Quelle frontière avec la démagogie ?  Vaste sujet, sur lequel je ne m'étais jamais vraiment penché depuis les bancs du collège ou du lycée...

La première définition vient sans doute de Périclès : "La démocratie c'est le gouvernement du peuple, par le peuple, et pour le peuple". Mais aujourd'hui une chose semble claire : ces principes généraux ont beaucoup d'interprétations, et il n'y a pas de définition précise, le terme démocratie étant utilisé pour caractériser des gouvernances très diverses. Voici en tout cas -modestement- quelques éléments qui me semblent indispensables pour répondre à la définition de Périclès.

1320973741.JPG

La démocratie c'est d'abord le gouvernement du peuple par le peuple. Les gouvernants doivent donc être des élus issus du peuple, et non d'une artistocratie ou d'une caste. Leur élection, ou toute autre décision démocratique (élection ou vote sur une décision précise), commence par un débat contradictoire public, suivi d'un vote.

Pour que ce débat puisse avoir lieu, la démocratie impose deux devoirs :

  • Exprimer son opinion publiquement pour se prêter à la contradiction, ou s'informer si l'on manque d'éléments, pour en avoir une.
  • Respecter l'expression de l'opinion des autres (ce qui ne signifie pas respecter ces opinions elles-mêmes)

Ces devoirs ont plusieurs corollaires :

  • Education : les votants doivent être éduqués et éclairés pour pouvoir comprendre les débats,
  • Les votants doivent avoir accès aux informations du débat,
  • Ne pas permettre la diffusion de l'information aux électeurs (censure ou auto-censure, par le pouvoir en place, ou les dirigeants/actionnaires d'un média) est anti-démocratique. Les pays qui censurent la presse ne peuvent pas se réclamer "démocrates",
  • Les techniques consistant à répandre des rumeurs, des informations officieuses non partagées en public , techniques parfois utilisées par des candidats ou des services secrets de certains pays pendant des campagnes électorales, ne sont pas d'esprit démocratiques,
  • Les techniques de lobbying "en chambre" ne sont pas démocratiques lorsqu'elles sont destinées à convaincre des électeurs sans que les arguments utilisés ne soient publics et accessibles aux éventuels opposants : on peut friser la manipulation, voire la corruption. C'est ainsi que récemment certains députés ont été accusés, à tort ou à raison, d'avoir été manipulés et/ou corrompus par Monsento dans le débat sur les OGM.

Les débats c'est sympa, mais ça ne dure qu'un temps, ils ne sont pas infinis : ils sont ensuite suivis d'un vote. Je ne m'attarderai pas ici sur les différents systèmes de vote, très bien décrits sur wikipedia ici. Mais notons simplement qu'il n'existe pas de système de vote parfait, comme un certain Arrow l'a démontré (on parle du "théorème d'impossibilité d'Arrow").

Une fois le résultat du vote prononcé, ceux qui ne sont pas d'accord avec le résultat du vote estiment alors parfois ne pas avoir eu suffisamment l'occasion de s'exprimer pour convaincre les électeurs, et reprochent alors un "manque de démocratie", un "débat trop court". En pratique c'est effectivement une difficulté de consacrer le temps juste nécessaire au débat.

La démocratie c'est aussi le gouvernement du peuple pour le peuple. Dans le cas d'une élection dans une démocratie représentative, il ne suffit pas qu'il y ait un bon débat, encore faut-il que les élus respectent leurs programmes et agissent au quotidien en représentant l'intérêt général, et non en fonction de certains intérêts particuliers. Il est donc primordial que les acteurs politiques soient détachés de "l'ordre technico-économique". Par exemple un ministre se doit de ne pas détenir d'actions d'entreprises privées. Et c'est aussi pourquoi selon certains, il est important que les élus politiques et même le personnel administratif (hauts fonctionnaires) soient suffisamment payés pour ne pas être trop facilement corruptibles.

En résumé, la démocratie c'est peut-être un mode de gouvernement par une organisation d'élus indépendants des intérêts technico-économiques particuliers, et où les décisions commencent par un débat public et contradictoire, et se terminent par un vote.

A suivre... (Prochain épisode : les reproches faits à la démocratie, les dérives)

samedi, 12 avril 2008

Pour des votes par internet au Modem ?

Avant de choisir l'ensemble de ses représentants, le Modem est en train d'essayer de se structurer. A juste titre, la fédération internet du Modem organise en ce moment des débats pour elle aussi se structurer et définir ses objectifs.

Une excellente proposition qu'on peut trouver sur son site, est de créer un extranet (j'avais parlé dans l'une de mes notes d'un intranet, mais le terme extranet est bien plus approprié) : une sorte d'espace privatif réservé aux adhérents, mais accessible depuis chez soi.

Le Modem se doit d'être exemplaire en matière de démocratie interne : le débat fait donc aussi rage entre les partisans et opposants au vote par internet.

La Suisse et l'Estonie utilisent déjà cette technique pour des votes officiels. Il y a au sujet de ces deux pays des contestations ou des critiques, mais celà montre que c'est faisable dans une démocratie et donc à fortiori au sein d'un parti.

L'UMP l'a aussi utilisé pour son congrès fondateurs (non sans problèmes certes).

On peut peut-être distinguer deux scénarios :

  1. Le vote par internet dans un bureau de vote, avec un président, des assesseurs, une authentification des votants faite hors du système,
  2. Le vote par internet depuis chez soi, qui requiert une authentification des votants réalisée par le système.

Le petit tableau comparatif ci-dessous résume leurs avantages et inconvénients (cliquer pour agrandir si vous n'arrivez pas à lire) :

1597475499.jpg


Dans un premier temps, peut-être serait-il intelligent de mettre au point un vote par internet mais dans un bureau de vote, pour réduire les coûts des opérations de vote (encore que c'est à vérifier : la mise en place d'un tel système est peut-être plus cher que d'imprimer quelques bulletins de vote), permettre de plus larges participations notamment aux congrès et conférences nationales en permettant le vote à distance, mais aussi permettre des votes plus fréquents sur des questions de débats interne (nationales ou fédérales).

Dans un second temps on pourra envisager le scénario 2, plus complexe.

Bref, soyons économes, écologiques, et pragmatiques !

WM.

vendredi, 11 avril 2008

Municipales et report Modem

Dans le blog mon Boulogne billancourt, l'auteur analyse les résultats des municipales à Boulogne-Billabcourt : il indique que les voix du Modem se sont reportées à 2 tiers sur Fourcade : de quels données dispose-t-il pour faire cette analyse ? Je n'aboutis pas aux mêmes résultats.

En effet : en supposant que les électeurs non Modem n'ont pas changé de camp entre les deux tours, je fais plutôt l'analyse suivante :

  1. Le Modem a fait 2713 voix au 1er tour
  2. Au second tour :
    • Modem :              - 2713 voix (éliminé au 1er tour)
    • Nul+abstention :  +573 "voix" soit 21% des voix modem 1er tour
    • UMP  :                 +355 voix soit 13% des voix modem 1er tour
    • Fourcade :           + 1359 voix soit 50% des voix modem 1er tour
    • PS :                    +431 voix soit 16% des voix modem 1er tour

Le Modem semble donc plutôt s'être reporté à 50% sur Fourcade, 22% en nul ou abstention, 16% Vouette, 13% Baguet. Mais celà suppose :

  • qu'il n'y a eu aucune mobilisation des électeurs UMP, PS ou Fourcade entre les 2 tours, ce qui est faux car il y a eu le retour des congés et qu'on voit que dans certains quartiers la participation a augmenté, même si au global elle a diminué.
  • qu'il n'y eu aucun report PS->Fourcade du type "vote utile"

On peut donc penser qu'en fait le report Modem sur abstention est sous-estimé dans cette analyse, mais seule une enquête permettrait de le connaître réellement.

Faute de disposer d'une telle enquête, une analyse par quartier (en cours) permettra peut-être d'en savoir un peu plus, mais c'est fastidieux...

1758715568.jpg

08:13 Publié dans Démocratie boulonnaise | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : municipales, boulogne-billancourt, résultats, modem | |  Facebook

mercredi, 02 avril 2008

Cancers, Bio, et proposition n°6 de PC Baguet

Dans un article du Monde, une directrice de recherche à l'INSERM, responsable de l'équipe épidémiologie pour la prévention du cancer, s'inquiète des effets de l'environnement sur notre santé et en particulier les cancers :

"Dire qu'il ne faut pas fumer, boire le moins d'alcool possible, avoir une alimentation équilibrée, de préférence sans trop de résidus de pesticides et de polluants divers, faire de d'exercice physique, tout cela est très bien. Mais il existe d'autres éléments que l'individu ne peut pas contrôler : l'air qu'il respire, l'eau qu'il boit, l'endroit où il habite, l'exposition aux champs électromagnétiques. Il faudrait être plus drastique notamment sur les pesticides. Aujourd'hui, quand on fait un repas normal, en France, on est exposé aux résidus de 21 pesticides. Il faudrait davantage éliminer de notre mode de vie et de notre environnement les composés dont on sait avec certitude ou que l'on soupçonne très fortement d'être des cancérogènes pour l'être humain. Mais on se heurte à des intérêts commerciaux. Cela relève de décisions politiques sur lesquels chacun d'entre nous peut peser". Tiens-tiens, çà me rappelle un débat sur les OGM...

1048085210.jpgPourtant, les parents qui demandent la mise en place de nourriture bio dans les écoles se voient répondre que ce n'est pas possible pour des "problèmes d'approvisionnement". C'est ce que j'ai pu lire cette semaine dans un compte-rendu de réunion de l'école maternelle de ma fille.

Notre nouveau maire de Boulogne-Billancourt PC- Baguet et ses adjointes Christine Bruneau (développement durable) et Marie-Anne Bouée (petite enfance) auront donc du pain sur la planche s'ils veulent réellement mettre en oeuvre ce volet de la proposition n°6 de leur programme : "Élaborer une charte du développement durable et de l'écoresponsabilité pour toutes les activités municipales (parc automobile à énergie propre, utilisation d'aliments « bio » pour les repas…)". 

dimanche, 30 mars 2008

Qualité de l'air 2007 à Boulogne

1187539537.jpgSi le nombre de jours d'alertes AIRPARIF n'augmente pas de façon significative en Ile-de-France, la qualité de l'air à Boulogne-Billancourt continue à se dégrader, c'est en tout cas ce que démontrent les données AIRPARIF 2007 que j'ai analysées (cliquer sur la vignette pour agrandir) :

  • la moyenne annuelle de l'indice de l'air se dégrade depuis 2004, passant de 3,6 à 3,83 (+6%)
  • le glissement se situe en "milieu de tableau" : le nombre de jours "moyens"  et "médiocres" (indice 5 à 7) augmente (+22 jours entre 2004 et 2007) au détriment des jours "bons" (indices 3 et 4) dont le nombre a diminué à peu près d'autant (-21 jours entre 2004 et 2007)

Une nouvelle démonstration qu'il est grand temps d'agir pour inverser la tendance.

Et enfouir une avenue ne changera rien sur les émissions des pots d'échappement des voitures !

Première interview de PCB

PC Baguet a donné son premier interview post-élection, au journal le Parisien.

Il persiste sur son projet d'extension de la ligne 9, mais laisse entrevoir que l'enfouissement n'est pas pour demain ("il faut d'abord poser les bases de la maison")...

Il aborde aussi la démocratie de proximité, il souhaite doubler les interlocuteurs dans chacun des 7 quartiers. Mais au lieu de mettre deux conseillers par quartier ce qui est un bon début, ne serait-il pas plus judicieux à terme de redessiner et réduire la taille des quartiers comme le proposait le Modem dans le premier chapitre de son programme ?

4091551.jpgCar même si c'est souvent le cas dans les grandes villes, est-il normal que les côtés impairs et pairs d'une grande avenue fassent partie d'un quartier différent ? Utiliser les grands axes comme frontières a un côté pratique administrativement parlant, mais ne correspond pas aux quartiers vécus par les habitants, qui s'articulent plus autour des centralités marchandes (cliquer sur la carte ci-contre), des stations de bus/métro les plus proches voire des écoles de leurs enfants.

samedi, 29 mars 2008

Des navets sur les toits de Boulogne ?

174612435.jpgOn parle beaucoup de toits végétalisés.
Les projets pour le Trapèze de Boulogne-Billancourt prévoient d'ailleurs l'utilisation de cette technique.

Ils permettent entre autres :

  • d'éviter l'engorgement des réseaux d'assainissement,
  • de contribuer à l'assainissement de l'air,
  • d'offrir des surfaces complémentaires d'espaces verts,
  • d'améliorer l'isolation phonique et thermique des bâtiments
  • de réduire l'effet d'îlot de chaleur urbain (exemple : 6% des toits de Montréal couverts = 1°C en moins l'été)

2087126714.jpgL'exposition "Le monde dont tu es le héros", sur l'Ile Saint-Germain, m'a permis de découvrir une initiative complémentaire à la végétalisation : des potagers sur les toits, sortes de jardins ouvriers sur les toits.

Puisqu'en région parisienne les AMAP manquent de maraîchers, pourquoi ne pas tirer partie des toits plats de la ville pour y cultiver des légumes ? Outre les avantages liés à la végétalisation il y en aurait d'autres :

  • Créer du lien social autour des potagers.
  • Permettre des cultures pour les plus démunis
  • Réduire le trafic grâce à une cultures proche des consommateurs (moins de transports)

Végétaliser des toits pour y créer des espaces verts publics et privés permettrait aussi de combler le manque d'espaces verts dont souffre Boulogne, en créant des lieux sûrs, et accessibles aux personnes âgées des immeubles concernés.

Bref deux initiatives "développement durable" : la végétalisation, et l'agriculture urbaine, à promouvoir voire développer par l'association "les Boulonnais en mouvement" ?

Pour en savoir plus : un rapport complet établi à l'occasion du PLU 2004 de Montréal (merci LM).